Arthur BEAUBOIS-JUDE, dimanche 10 novembre 2013

 

  • Parcours

 

Lycée Sophie Berthelot de Calais, Baccalauréat scientifique

2010 - 2011 : Hypokhâgne au lycée Mariette

2011 - 2012 : Khâgne Histoire-Géographie au lycée Mariette

2012 - 2013 : Licence Aménagement, Environnement et Urbanisme, Université Lille 1

2013 - 2014 : Master AUDT, Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Lille

 

  • Témoignage

 

Je suis arrivé en prépa un peu par hasard. Au lycée, j’avais choisi la filière scientifique et misais mon avenir sur des études à la faculté de médecine. Mais je fus pris par de sérieux doutes juste avant de définir mes vœux « post-bac », en partie à cause de mon désintérêt progressif pour les matières scientifiques et leurs débouchés. Perdu, un membre de ma famille m’a alors orienté vers les classes préparatoires littéraires (j’aimais l’histoire), chose dont je n’avais jusqu’alors jamais entendu parler. Je choisis la prépa la plus proche de ma ville natale (et si la place m’avait été refusée, je me serais retrouvé sur les bancs de la fac de médecine).

 

Paradoxalement, mon début d’hypokhâgne fut pour moi une bouffée d’oxygène. J’avais un intérêt réel pour la plupart des matières qu’on nous enseignait. Comme tous, j’ai eu des moments difficiles, quand la charge de travail se mêlait à la persistance de doutes quant à mon avenir professionnel. En effet, je me suis orienté vers l’hypokhâgne simplement parce que j’aimais l’histoire, mais je me suis vite rendu compte que les débouchés liés à cette discipline ne m’intéressaient pas. C’est seulement vers la fin de l’hypokhâgne et de la khâgne que mes intérêts pour la géographie –matière pourtant détestée au lycée- et ses débouchés m’apparurent.  

 

La prépa m’a fait gagner en rigueur, organisation, réflexion... Détail qui compte : mon orthographe, jusqu’alors très médiocre, s’est grandement et presque naturellement améliorée. Ce sont des qualités indéniables pour la poursuite des études.  Aussi, un autre effet secondaire de la prépa est-il sans doute cette constante soif d’apprendre. Je m’y suis également fait de fidèles amitiés.

 

Finalement, je n’ai pas fait une prépa littéraire pour servir des objectifs précis. J’y suis arrivé par hasard. La prépa littéraire du lycée Mariette a alors joué un rôle déterminant dans mon parcours : elle m’a permis de mieux me connaître, et de me trouver des affinités, jusqu’alors insoupçonnées, avec la discipline géographique, et m’a convaincu de ce que je voulais faire de ma vie professionnelle.

 

Aujourd’hui, je suis en Master 1 Ville et Projets à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Lille. En effet, depuis la khâgne, mon objectif est clair : travailler dans l’aménagement du territoire et l’urbanisme. Je suis actuellement en Erasmus à l’Université d’Oulu en Finlande, et je passerai mon second semestre en stage à l’Administration de l’Aménagement du Territoire et du Logement à Bruxelles. Soyez-en convaincus, la prépa littéraire du lycée Mariette vous permet l’envol !

Modifier le commentaire 

par JOELLE LAWNICZAK le 28 nov. 2016 à 15:52

Haut de la page